C’est sous une pluie battante que le Master d’Écologie des Maladies Infectieuses de la faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa a lancé à l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB), ses 9èmes journées scientifiques de défenses des mémoires de Master.

 

Cette première journée (mardi 21) a vu les 12 apprenants du Master 2 Écologie et Gouvernance des Maladies Infectieuses (ECOGM) présenter les conclusions de leurs travaux devant un jury international composé des professeurs de RDC, du Congo Brazzaville, du Bénin et de la France.

 

Parmi les allocutions d’ouverture de cette première journée, on retiendra celle de Madame Justine MARTIN, la nouvelle conseillère en charge de la coopération universitaire de l’ambassade de France, venue rassurer du soutien de l’ambassade de France à cette initiative lancée par le Professeur Jean Jacques Muyembe (Infectiologue) en 2014 en collaboration avec le Professeur Patrick Giraudoux (écologue) de l’Université de Franche-Comté de Besançon et du Professeur Frédéric Leone (géographe des risques) de l’Université de Montpellier 3.

 

Après avoir remercié l’ensemble du Jury, le responsable pédagogique du Master le Professeur Didier Bompangue avait convié le Dr Julien Ntaongo, membre de l’équipe pédagogique et le plus ancien des anciens stagiaires de l’Ex Unité de recherche, devenue Service d’Écologie et Contrôle des Maladies Infectieuses à assurer le suivi des activités en appui au Président de la séance du Jour, le Professeur Eric Kamangu assisté par les deux secrétaire du Jury (les professeur Bienvenue Lebwaze et Pius Kabututu).

 

De 10h (sous la pluie) à 17h, les 12 apprenants du Master 2 ECOGM ont défendu leur mémoire (10 minutes d’exposé suivi de 15 minutes de questions et réponses).

 

Plusieurs thématiques ont été présentées autour des thèmes d’intérêts pour les questions de santé publique en RDC à savoir : la problématique de la récurrence et de la gestion des épidémies de la maladie à virus Ebola (des aspects écologies aux aspects de gouvernance), des problématiques négligées comme la persistance d’une incidence élevée des cas d’infirmités liées à la lèpre, de l’investigation des goulots d’étranglements dans la gouvernance de la lutte contre le Paludisme, le VIH, Sida, de la persistance de la tuberculose et l’investigation de la dimension écologique des cancers. Des thématiques moins habituelles comme celle traitant de la santé des anciens combattants et de la tuberculose dans les milieux fermés ont également été présentées.

 

Ces défenses se poursuivront jusqu’au vendredi 24 Novembre à 13h et se termineront par la proclamation des résultats de l’année 2022-2023.

Ce mercredi 22 Novembre marque le début des présentations des Master 1 ECOM-ALGER.